Blogue

Es-tu prêt à changer?

Parfois on a l’impression qu’on met des efforts sur des choses dans notre vie, mais que rien se passe ou encore on a vraiment pas envie de travailler sur certains aspects de notre vie, même si on trouve que c’est important. Pourquoi?

En étapes

Saviez-vous que le changement serait une composante à 6 étapes? En effet, un psychologue (James O. Prochaska) aurait développé ce qu’on appelle aujourd’hui le modèle transthéorique de changement. Surtout utilisé pour les gens ayant une dépendance, ce modèle est aussi applicable à plusieurs sphères de notre vie, surtout au niveau de nos habitudes alimentaires. Selon celui-ci, la personne qui veut faire un changement traverserait toutes ces étapes.

Ces étapes sont : précontemplation, contemplation, préparation, action, maintient, rechute, sortie permanente.

1.Précontemplation

Nous ne voyons pas de besoin de changer, ce que nous faisons actuellement ne nous pose pas problème. À ce stade-ci, si on se fait parler de changer nos habitudes on peut se frustrer et ne pas comprendre et on ne compte pas changer dans un proche avenir. Exemple : Nos habitudes alimentaires ne sont pas particulièrement saines, mais elles nous conviennent. Lorsqu’on nous dit qu’il faudrait changer nos habitudes on pourrait répondre quelque chose du genre «ben il faut ben mourir de quelque chose»

2. Contemplation

Une fois à ce stade, on exprime habituellement de l’ambivalence. On a peut-être réalisé qu’on aimerait changer certains comportements, mais l’effort nous semble assez intense par rapport aux bénéfices. Exemple : Une personne de notre entourage subit un problème de santé important et nous réalisons que nos habitudes de vies devraient peut-être être modifiées.

3.Préparation

Une fois qu’on a pris conscience que les bénéfices au changement peuvent être plus grands que les inconvénients, on se sent prêt à faire le changement dans un avenir rapproché. À ce stade-ci on commence à faire des recherches plus sérieuses pour nous aider vers notre changement. Exemple : Nous sommes confiants qu’il faut changer nos habitudes de vies et décidons de faire des recherches sur google pour trouver qui pourraient nous aider, à quel prix, où, etc.

4. Action

À ce point-ci, le changement est entamé. On débute le changement et faisons des efforts conscients vers nos objectifs. Les changements sont difficiles, les obstacles sont importants et nous avons besoin de beaucoup de soutient. Exemple : Nous rencontrons une nutritionniste 1 fois par 2 semaines qui nous propose des changements. Nous voyons aussi 1 fois par semaine un kinésiologue qui nous fait un programme d’entrainement nouveau.

5. Maintient

Dans ce processus du changement, on commence à être habitué des changements entrepris. Ceux-ci peuvent commencer à être plus faciles pour nous et on consolide nos nouveaux acquis. Toutefois, la motivation peut commencer à s’effriter et on est à risque de rechute. Exemple : Nous avons poursuivi nos rencontres avec la nutritionnistes et la voyons à l’occasion pour s’assurer que nos bonnes habitudes sont en places et nous faisons toujours de l’activité physique, mais ce temps commence à peser dans notre horaire.

6. Rechute/Sortie permanente

La rechute est une partie normale au changement. Elle nous indique que nous sommes peut-être allés trop agressivement dans notre changement et quelque chose nous manque, que nous ne le fassions pas pour les bonnes raisons ou encore que nous manquons de support. Lorsqu’on fait une rechute, on peut retourner à n’importe quelle étape du processus, selon notre cas. Autrement, lorsque les irritants aux changements ne sont pratiquement plus présents, que l’on a bien intégré le changement et que celui-ci se fait de façon de plus en plus facile, on est sortie de nos anciennes habitudes. Exemple : On a de saines habitudes de vie, on revoit notre nutritionniste au besoin et notre kinésiologue nous suit également si nous avons envie de nouveaux programmes.

On est où?

Dans ma pratique, je rencontre beaucoup de gens qui viennent me voir suite aux recommandations d’un médecin, mais qui ne font aucun effort au fil des suivis et ne comprennent pas pourquoi ils n’avancent pas. Souvent, je réalise que c’est parce qu’ils sont en contemplation et ne voient pas les avantages à modifier leurs habitudes. Pour aider à réaliser tous les bienfaits du changement, un outil bien simple peut être fait : la balance décisionnelle. Celle-ci permet de réaliser les avantages et inconvénients de chacune des situations soit le statu quo ou le changement. On peut donc réaliser que finalement il y a plus d’avantages que l’ont pensais à modifier notre comportement.

Ensuite, lorsqu’on est dans la phase de maintien, il peut être facile de retomber dans ses anciennes habitudes lorsque la routine et la monotonie s’installent. À ce moment-là, je recommande souvent à mes clients de se créer de nouveaux objectifs (SMART) afin de retrouver la motivation et de toujours continuer à s’améliorer.

Enfin, il est important de faire un peu d’introspection et de réaliser où l’on est dans le processus de changement si l’on décide modifier certains comportements, car chaque étape a ses difficultés et des moyens ou outils peuvent être employés pour contourner ces obstacles.

Changer est un acte qui demande beaucoup d’effort et beaucoup de motivation, il est donc important d’être prêt à mettre ces efforts, mais surtout de le faire pour les bonnes raisons!

Marjolaine Cadieux, Dt.P., M.Sc

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *