Mes 5 trucs pour manger consciemment

Nous mangeons de plus en plus sur le pouce, rapidement et en faisant autre chose. Tenter de manger en pleine conscience c’est-à-dire en écoutant plus notre corps peut donc s’avérer difficile. Voici donc mes 5 trucs pour se reconnecter à son corps plus facilement.

1.S’assoir pour manger

Souvent, lorsqu’on mange sur le pouce, c’est parce que nous sommes pressés et n’avons « pas le temps » de s’arrêter pour prendre notre repas. Pourtant, manger ne devrait pas être vu comme une tâche et prendre un petit moment de pause, assis, pour prendre un repas permet de bien se concentrer sur ce que l’on met dans notre corps. Il est plus difficile de prendre un « vrai » repas lorsqu’on bouge ou qu’on est debout pour manger et on risque plutôt de grignoter tout au long de la journée, sans vraiment savoir si l’on a faim et si l’on a assez mangé.

2. Éviter les distractions

Manger en pleine conscience demande un certain degré de concentration. En effet, écouter les signaux que son corps envoie quand cela fait plusieurs années qu’on ne les écoute plus peut être ardu. On éteint donc la télévision, on ne travaille pas, on n’étudie pas : on essaie d’apprécier le moment et d’écouter son corps. Ces éléments de distractions ont pour effet de brouiller nos signaux de faim et de satiété, on ne sait donc plus si on veut finir ou non notre assiette, si on se ressert, etc. On peut bien entendu être à table avec d’autres personnes et discuter, mais si on n’est pas habitué à être attentif à son corps, on peut essayer de prendre un moment seul dans la journée pour bien comprendre ce qui se passe dans notre corps quand on mange et s’y familiariser.

3. Manger lorsque la faim se présente

On attend souvent beaucoup trop longtemps avant de manger. Parfois, c’est parce que le contexte ne nous permet pas de manger (travail), mais souvent, c’est parce qu’on se juge : voyons, je viens de dîner ! Je ne peux pas manger tout de suite ma collation, je vais attendre un peu. Pourtant, si la faim que l’ont ressent est bien réelle, il faut écouter son corps. En attendant trop, on se frustre puisqu’on a faim et qu’on ne s’écoute pas et on risque de faire de moins bons choix. En effet, nous allons nous lancer dans n’importe quel aliment lorsqu’on va finalement s’autoriser à manger.

4. Ne pas se restreindre

4.1 Aliments

La beauté de manger en pleine conscience réside dans le fait d’écouter son corps. On remarque tous que nos envies alimentaires (« craving ») changent au cours des jours. Parfois, nous voulons une catégorie d’aliments (juteux, salés, sucrés, fermes…) alors qu’à d’autres moments on cherche plutôt un aliment en particulier. En écoutant ces envies-là et en ne voyant pas des aliments comme interdit, on s’assure de manger une variété d’aliments qui satisfont à la fois les besoins de notre corps et ceux de nos papilles.

4.2 Portions

Je le répète, mais manger en pleine conscience demande d’écouter son corps. Ainsi, si nous avons encore faim, pourquoi faudrait-il arrêter de manger? Il faut arrêter d’être dans le jugement (je vais avoir l’air de quoi, pourtant mon amie à arrêtée elle, mais je veux perdre du poids…) et seulement être attentif à ce qu’on ressent. En s’arrêtant lorsqu’on est réellement plein (et pas bourré ni complètement nauséeux) on donne juste ce qu’il faut à notre corps et on s’évite la frustration de couper nos portions pour rien.

5. Prendre le temps

Le corps, bien qu’une machine assez incroyable n’est pas sans failles non plus. Ainsi, cela lui prend du temps lorsqu’on mange pour nous signaler que nous avons plus faim. Si on mange trop rapidement, le signal de satiété arrive souvent trop tard et on a trop mangé. Il importe donc de manger lentement et de bien mastiquer. On peut profiter de ce moment pour discuter avec les gens autour de nous, d’apprécier le moment, de savourer la nourriture… Si on a beaucoup de difficulté à manger lentement, on peut tenter de déposer sa fourchette entre chaque bouchée plutôt que de la tenir à la main pour toute l’heure du repas.

 

 

Marjolaine Cadieux, Dt.P., Ms. C. (c)

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *