Blogue J'ai essayé

Manger 30 jours sans restrictions

Manger sans sucre, manger sans gluten, manger sans sel… De plus en plus de restrictions qu’on ne cesse de s’imposer. J’ai donc décidé pendant 1 mois de ne consommer que ce qui me tentais. Compte rendu

Le défi

Dans le passé j’ai essayé de couper certains aliments (ou groupe d’aliments) ou nutriments de mon alimentation dans le but de faire un test et principalement pour qu’on se sensibilise au fait que ce n’est peut-être pas réaliste de complètement tout couper de notre alimentation ou encore pour me faire prendre conscience de la quantité de certains aliments que je consommaient.

Ce mois-ci toutefois, je voulais essayer de manger sans aucunes restrictions. Ce que ça veut dire? Je ne m’imposais pas de limite ou de fréquence sur les aliments que j’avais envie de consommer.

Un peu biaisé?

Le test, je l’avoue, a quand même été un peu biaisé par mes connaissances nutritionnelles. Veut veut pas, j’ai beau me dire que je peux manger ce que je veux, je suis quand même consciente (peut-être même un peu trop) des aliments à cause de l’éducation que j’ai reçu. J’ai donc essayé le plus possible de me défaire de ces idées et de m’écouter moi plutôt que d’écouter la nutritionniste.

Mon mois

Ce que j’ai aimé par dessus tout de mon test, c’est qu’il ne me créait pas d’anxiété ou de stress : je pouvais manger ce que j’avais envie sans m’interdire parce que c’est sucré, salé, gras, transformé, avec gluten, etc. Dans les sorties sociales j’appréciais également ne pas avoir de contrainte et pouvoir manger ce qui me plaisait.

Par contre, je me suis rendue compte assez rapidement que je contrôlais quand même un peu ce que je mangeais et que je me jugeais (quoi? encore du beurre d’arachide, t’en a manger tantôt tu devrais prendre autre chose). J’étais moi-même étonner de voir que malgré les enseignements que je fais à mes clients de ne pas se juger et de tout s’autoriser, je le faisais moi aussi. Après avoir pris conscience de ce phénomène, quand il arrivait de me juger, je me demandais pourquoi. Est-ce que mon jugement finalement c’est simplement pour indiquer que je n’ai plus faim et que je mange par gourmandise? Qu’elles sont mes préoccupations derrières le fait que je contrôle certains aliments? J’ai donc fait BEAUCOUP d’introspection dans ce dernier mois et comme la plupart des gens, j’ai peur de certains aliments puisque j’ai été brainwashé à les considérer comme «mauvais». J’ai donc passé une partie du mois à me défaire de ces acquis et à voir tout les aliments égaux (c’est pas parce que je le dis que je le fais automatiquement tsé 🙄)

J’ai l’impression après ce mois sans interdit d’avoir amélioré ma relation avec la nourriture. Je suis encore très (trop) consciente de la valeur nutritionnelle des aliments que je met dans mon corps, mais je ne laisse pas ces informations brouiller mon envie de les consommer. J’essais de plus en plus d’écouter mon corps et de manger avec PLAISIR.

Ce que vous en avez pensez

Lorsque je vous ai demandé sur mon instagram (ici) si vous aviez certains aliments dont vous essayiez de restreindre la consommation ou que vous évitez tout simplement, j’ai été assez surprise de voir la quantité de réponses que j’ai reçu. La plupart des aliments que vous restreignez sont soit des aliments plaisirs ou encore les pâtes.

La première catégorie (aliments-plaisirs) est souvent celle qu’on restreint le plus étant donné qu’on considère ces aliments comme «mauvais». Ceci étant dit, aucun aliment est «bon» ou «mauvais». On pourrait consommer que du kale pendant 1 mois et nous ne serions pas plus en santé. Le plus important est de consommer des aliments variés, frais et peu transformés, mais également de se faire plaisir.

La seconde catégorie (pâtes) a majoritairement été exprimé par les filles/femmes. J’ai l’impression qu’on nous a inculqué que les glucides étaient mauvais et qu’il fallait les éviter. Pourtant, dans une alimentation saine, 45-65% du total de l’énergie qu’on consomme dans une journée devrait provenir des glucides (fruits, pâtes, riz, couscous, quinoa, etc.). Encore une fois, c’est plutôt une question de portions et de fréquence, mais les pâtes n’ont pas le pouvoir de nous faire prendre du poids magiquement.

Manger 1 mois sans interdit, un genre de défi qui vous parle? Faites moi savoir en commentaire.

Marjolaine Cadieux, Dt.P., M.Sc (c)

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *