Retour de l’école, retour des lunchs

Le temps se fait plus frais, le soleil se couche plus tôt, l’été est définitivement terminé. Fin de l’été rime avec retour au boulot et à l’école. La période des lunchs risque donc de reprendre de façon plus intense dans les prochains jours. Voici mes trucs pour faciliter cette préparation !

Obligatoire, le lunch?

Se préparer un repas pour le repas du midi qu’on apporte à l’école ou au travail n’est évidemment pas obligatoire. Cependant, plusieurs aspects en font une option plus intéressante que le repas de la cafétéria :

  1. C’est économique
  2. C’est fait sur-mesure selon nos goûts
  3. C’est fait maison (on sait ce qu’on a mis dans chaque plat)
  4. C’est rapide (plus besoin de faire la file à la cafétéria)
  5. C’est écologique (pas de contenants ou d’emballages en cartons)
  6. Ça permet de développer/entretenir nos compétences culinaires

Les repas de restaurant ou de cafétéria peuvent toutefois être de bons dépanneurs quand le lunch a été oublié dans le frigo ou qu’on n’a pas envie de s’en faire un, mais opter pour le lunch fait maison est certainement gagnant.

Rapido presto

Après une longue journée de travail, faire son lunch ou celui des enfants peut sembler une lourde tâche, mais avec ces quelques astuces, vous verrez que ce peut être agréable :

  • Planifier, planifier, planifier ! Je ne le dirai jamais assez, mais la planification des repas permet de sauver un temps monstre, que se soit au dîner ou au souper. Planifier ce qui sera consommé dans les lunchs (sandwich ou restant ou salade…) évite de se casser la tête à savoir ce qu’on fait. La préparation nous permet aussi d’avoir tous les ingrédients sous la main pour le lunch qu’on veut préparer.
  • Prenez de l’avance : en optimisant ses tâches, on s’assure de ne pas faire de gestes inutiles ou de répéter des étapes qui nous font perdre du temps. Par exemple, lorsqu’on prépare les légumes pour le souper, on en coupe quelques-uns de plus pour les crudités du lunch ou on profite du temps de cuisson de notre souper pour mettre des œufs à la coque sur la cuisinière. Cela demande de la planification, mais on sauve tellement de temps au final !
  • Demandez de l’aide : que ce soit vos parents, vos enfants, votre chum ou votre blonde, tous peuvent mettre la main à la pâte pendant la préparation des lunchs. Si chacun à une tâche (1 fait les sandwichs, l’autre prépare les collations, etc.) on économise du temps et on rend ce moment beaucoup plus amusant.
  • Faites en grande quantité : Faire cuire des aliments polyvalents comme des œufs, du quinoa, des légumes ou des pâtes et les garder au réfrigérateur nous permettent d’assembler un lunch en un tournemain si notre étape planification a « pris le bord » cette semaine-là et qu’on doit se faire à manger. On assemble un peu de protéines, un peu de grains, beaucoup de légumes et on a un bol ou une salade de pâtes prête très facilement. Sinon on prend nos œufs pour se faire des sandwichs super rapidement !
  • Congelez : il n’y a pas beaucoup de différence entre préparer 10 muffins ou 30 honnêtement, alors tant qu’à salir nos bols et à se mettre la main à la pâte, pourquoi ne pas en faire plus et le congeler? Les moments où nos réserves de collations ou de repas se feront rares, on sort nos barres ou muffins du congélo pour le lunch du lendemain ou on prend une portion de potage qu’on avait fait à l’automne. Si on fait en grande quantité (comme mentionné à l’étape précédente) congeler certaines de ces portions est super pratiques pour conserver plus longtemps et éviter de se tanner de manger la même chose.

Un sandwich et des carottes

On me demande souvent ce qui qualifie un lunch complet. Voici, grosso modo, ce qui peut composer un lunch bien garni :

  • Variété d’aliments frais et peu transformés : Pour un lunch «optimal» il faut une panoplie d’aliments frais. Fruits, légumes, produits laitiers ou substituts, grains entiers devraient être présent à chacun de nos repas. On peut varier les produits et leur présentation, mais ils devraient être représenté dans notre boite à lunch. Par exemple, on peut opter une journée pour une trempette maison à base de yogourt grec nature et l’autre journée boire une boisson de soya pour accompagner notre repas.
  • Protéines : Cette catégorie se retrouve à part puisque je me suis rendue compte dans ma pratique que beaucoup optent pour une salade ou des légumes pour manger léger sur l’heure du dîner. Cependant, ce n’est pas suffisant puisqu’il nous manque de protéines. On doit s’assurer d’en avoir une bonne quantité (oeufs, noix, graines, tofu, tempeh, légumineuses, etc.) et de qualité pour ne pas avoir faim quelques temps après le repas.
  • Plus que moins : on m’a souvent dit «Trop c’est comme pas assez», mais pas pour les lunchs. Beaucoup de gens s’amènent que le strict minimum pour le repas et ne mangent pas à leur faim. Résultat? À 15h on se sent fatigué, on a mal à la tête et rendue à la maison à 18h on meurt de faim et on se lance dans n’importe quel aliment qui nous tombe sous la main. Je vous conseille d’amener plus de collations (plusieurs se conservent température pièce comme les noix, fruits frais, compote de fruits sans sucre ajouté, boisson de soya enrichie, pouding de soya, craquelins…) que pas assez. Si on n’a pas faim on ne les gaspille pas et on les laisse au bureau ou à l’école pour le lendemain. Comme notre appétit varie chaque jour, on est certain d’avoir suffisamment d’aliments pour combler notre faim.

 

Avec ces quelques trucs, j’espère que vous aurez de bons lunchs, et ce, toute l’année.

Bonne rentrée !

Marjolaine Cadieux, Dt.P., M. Sc (c)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *